Sensual Clouds

Fragments d’un présent possible, d’un récit épais et multiple

Performance en danse, lecture, vidéo et création sonore pour plateau et in-situ 

Reprise de création – version 1#21 / Cie La nhdc (no hesitation – dare communion)

 

Conception, chorégraphie et interprétation : Natalie Hofmann

Création musicale et action performative : Katherine Sowerby

Assistance chorégraphique et dramaturgique : Beatriz Navarro

Pendant des étapes de travail précédentes :

Dramaturgie, assistance chorégraphique, création vidéo : Aude Cartoux, Anne-Sophie Popon, Sophie Scheifele

Création musicale : Loïse Bulot et Raphaële Dupire

 

L’esprit de la terre boite.

Heureusement Bombolion a rencontré Chthulu.*

 

* L’«esprit de la terre» (Bombolion), personnage intégrante de Sensual Clouds, a rencontré et adopté Chthulu, un trope inventée par Donna Haraway, qui incorpore à la fois les forces terriennes et une façon de cohabiter la terre. Mais que sont ces forces terriennes ? (...) Selon Haraway, les forces terriennes sont tentaculaires et rhizomatiques, fait de symbioses, de connexions complexes et coévolutives entre les terriens. (...) Il s’agit des forces qu’on pourraitqualifier de païennes, si ce ne qu’elles précèdent tout découpage entre le religieux et du séculier (...). Elles sont de tout temps, ravages récents compris.

 

«Quant à moi, je nommerais mon démon Chthulu, et ferais une des créatures élémentaires, habitant desprofondeurs, que l’on nomme chthoniennes.(...) Elles infusent tous les lieux, quelque soient les efforts civilisateurs pour les astraliser et pour installer l’Unique et ses comités domestiqués (...). Je propose un nom pour un ailleurs etpour un autre temps, un temps qui a été, qui est toujours et qui pourrait encore être : le Chthulucène.»                                                   

Donna Haraway, « Sympoïèse, SF, embrouilles multi-spécifiques.»

 

Il y a 2 ans environ, j’ai eu un accident de rupture du tendon d’Achille, en pleine création de Sensual Clouds.

Ce travail interroge notre relation avec la terre. Les nuages sont ici synonyme pour un espace vivable, une matièreprotectrice, à la fois sensible, sensuelle et insaisissable. Une membrane liant l’existence terrestre et l’infini. Ils nousregardent.

L’étrange phénomène d’appartenir à une espèce particulièrement destructrice réveille l’animal intérieur qui réclame la sortie de ce cercle vicieux d’abus, de violence et de domination. Une recette se tente : Confronter sa chair, sa terre - intérieure et extérieure. Pousser un cri, rêver un chant. Retrouver sa femme-racine. Transformer les démons en alliés. Étendre sa sensualité jusqu’à l’infini du ciel, ouvrir le cœur. Quitter sa zone de confort et s’engager dans une vibration autre - qu’on pourrait - peut-être - nommer amour.

A la reprise de la création, d’autres problèmes physiques ont surgi. Il fallait réopérer, attendre à nouveau. L’apparitiondu Co-vide, du vide collectif a confirmé mes pressentis d’une société ayant perdu son lien inter-humain et inter-espèce.

J’ai eu le temps d’aller dedans et d’entendre les pensées des autres. C’est, entre autre, dans l’écriture de Donna Haraway que j’ai rencontré beaucoup de résonance. Elle m’a permis de retrouver la joie vitale de cultiver un récit, épais et multiple, de réinventer, de tisser, de fabriquer une toile toujours nouvelle, en utilisant ma vulnérabilité comme force d’inspiration.

J’avais alors envie de développer une nouvelle version de ce travail, sous forme de performance-lecture. J’ai senti le besoin de pratiquer la continuité, the ongoingness, vue d’en bas, depuis la terre, la chair.

  

I need to share, to care

To love

To leave.

En joie, jouer, jouir, mourir. 

 

 

Production : mo(u)vement & vision(s)
Coproduction : ARTIANCE / Centrum voor de kunsten Alkmaar / NL
Soutiens : Marseille Objectif Danse, LA ZOUZE / Cie Christophe Haleb, KLAP / Maison pour la danse,
Ballet National de Marseille, Goethe-Institut Marseille, PÔLE 164, C.I.A.M., association Smac.

Un aperçu d'une étape de travail lors de la résidence à KLAP, Maison pour la danse en mai 2018. 

La création a été interrompue par un accident, mais en 2021, commence...